jeudi 29 août 2013

POURQUOI CE BLOG ?


     Chaque être dispose d’une conscience, EST une conscience : ce principe fondamental nous unit.

     L’existence peut se définir comme une suite d’expériences de conscience : ces événements nous séparent.

     Ce blog relate l’intérêt particulier porté à la conscience plutôt qu’aux expériences elles-mêmes. Après plus de quarante années qui lui furent consacrées sous des aspects divers et variés, il trouve son origine dans le souhait d’en partager les fruits.

     L’ensemble de cette thématique se décline selon trois expressions :

Ø      Découvrir la conscience par un dialogue entre deux amis.

Ø      Vivre un changement de niveau de conscience au quotidien, qui rassemble des textes nés de questionnements et de réflexions puisant aux sources de l’attention.

Ø      La conscience et les Mondes : l’extérieur qui nous entoure, l’intérieur qui nous façonne (en cours d'élaboration avant publication).


     Bienvenue à toutes les personnes qui prendront le temps et la peine de s’y attarder.


__________


SOMMAIRE DU BLOG








































































































































mercredi 28 août 2013

Un dialogue entre amis

Présentation


Ce texte, centré sur la conscience, s’inspire et s’articule autour de deux éléments : un proverbe chinois qui nous enseigne que : « Mieux vaut allumer une chandelle que maudire l’obscurité » ; et une réflexion matinale : « est-il possible d’être à nouveau libre de tous ressentiments, d’oublier les anciennes querelles, de repartir sur des bases saines ? »

     Or, souvent, lorsque « la vie va mal », nous avons plutôt tendance à nous replier sur nous-mêmes et maudire l’obscurité, plutôt que de rechercher ce petit espace de lumière salutaire. Et puis, que de questions et de changements potentiels entre cette observation songeuse et son accomplissement...

     Deux amis, intéressés pour y réfléchir et en débattre, engagent un dialogue sur ce thème, simplement, naturellement, et avec bonne humeur !

     Assistons donc à leurs échanges, car rien ne saurait les satisfaire davantage, tant ils aiment à transmettre et partager leurs connaissances. Et qui sait, peut-être qu'au terme de ce voyage intérieur, serons-nous capables également d'accueillir, de préserver et d'entretenir cette petite lumière pour, à notre tour, la partager !



        

          2.2. La conscience    





     








7. Pour conclure

lundi 26 août 2013

Introduction

Texte lu  







     La vie nous est devenue familière, voire banale, puisqu’elle se manifeste en tous instants et en tous lieux, et sous des formes les plus diverses, du règne végétal au règne animal, pour aboutir à l’humanité. Pourtant, son mystère demeure depuis qu’elle est apparue sur Terre il y a environ trois milliards et demi d’années. Ce mystère, c’est ce qui distingue la matière inerte de celle devenue organique. Ce qu’il est possible d’en dire, c’est que la vie définit un état, une organisation qui s’entretient elle-même et peut se reproduire.

     Au cours de l’évolution, cette organisation s’est dotée d’un groupe de cellules particulières capables de lui donner certaines impulsions. Cet amas de cellules qui se distinguait des autres devait aboutir, après bien des développements successifs, à l’une des structures les plus compliquées de l’univers connu : le cerveau humain. Cette complexité, on peut assurément la percevoir dans la conscience, cette émanation impalpable des circuits neuronaux (cellules cérébrales), qui permet d’observer le monde, de l’étudier, le comprendre, d’agir sur lui, mais plus encore de prendre « conscience » de sa propre existence.
     Ce lien, cette relation intime entre la vie et la conscience se conçoit donc aisément.

     Mais qu’en est-il du partage ?  Comme la conscience est fonction du cerveau, se pourrait-il que le partage soit lui-même une conséquence naturelle de la conscience ? Telle une reconnaissance directe, innée, de ce patrimoine commun. Lorsque l’on observe l’état du monde, et donc celui du niveau de conscience global de l’humanité, il ne semble pas que cela soit possible. Est-ce donc là une utopie de plus ? Un rêve d’envisager d’unir les consciences par cette qualité essentielle ? Peut-être pas.

     La réponse à cette interrogation devrait logiquement s’inscrire dans la conscience elle-même. Ce texte se veut donc une incitation à découvrir simplement le fonctionnement de la conscience. C’est une invitation au voyage, peut-être le plus beau des périples, celui qui permet d’aborder et d’approfondir la connaissance de soi. Comment ? De façon simple et spontanée, c’est-à-dire avec des ressources que chaque être humain possède en lui-même.
    
     Cet ouvrage est le fruit d’une recherche personnelle. A l’origine il y a un questionnement intime de l’auteur sur la nature humaine, la conscience, et le sens de la vie. Des lectures et des expériences en ce sens (Krishnamurti, yoga, méditation zen…) donneront certes quelques réponses, mais laisseront finalement le « chercheur » insatisfait. Alors s’ensuivit une période de détachement sur plusieurs années, où cette quête s’estompa et cessa de tarauder le mental. Ne subsista que l’existence au jour le jour, mais vécue avec attention. Cela induit dès lors un profond changement dans la façon d’aborder l’existence : recherche d’authenticité facilitée dans la relation aux autres, perception lucide des erreurs et contradictions, conscience plus aiguë de la notion de liberté. Cette découverte et ce vécu de l’attention au quotidien constituera la base du travail personnel sur la connaissance de soi, donnant accès à une nouvelle conscience, celle, universelle, qui unit au lieu de diviser, rapproche plutôt que d’opposer.

     Puis un jour, au détour d’une promenade agréable dans le Bois de Vincennes, des réponses thématiques se manifestèrent spontanément à la conscience sous forme d’intuitions. Il s’agit de sujets centrés et articulés autour des interrogations fondamentales que l’auteur formulait auparavant. Ce phénomène se prolongea, s’invitant  régulièrement au cours de ces « ballades intuitives ». Après quelques mois, ces « réponses spontanées du mental » pouvaient survenir à tous moments et en tous lieux, mais jamais en présence d’autres personnes ; Elles pouvaient cependant, à posteriori, se rapporter à des sujets abordés par l’auteur au cours de ses discussions.
     Il convient d’ajouter que les idées, réunies autour d’un thème, se présentent de façon structurée comme elles pourraient l’être à l’issue d’un travail de recherches et de réflexions sur un sujet choisi. Mais ici le sujet est imposé, limité aux interrogations antérieures exposées plus haut. Enfin, les idées n’émanent pas d’une « voix intérieure » possédant une autonomie propre, et la prise de notes qui en découle dans l’immédiat n’emprunte rien à l’écriture automatique.

     Le texte présenté ici puise son essentiel dans les thématiques nées de ces moments privilégiés où l’intuition, soutenue par l’attention apaisée, s’exprime librement. On peut citer ici Albert Einstein qui faisait une part importante à l’intuition dans ses recherches : « Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. » Cette citation ne souhaite pas orner ces dires d’un illustre parrainage, mais de montrer qu’une autre voie est possible, une voie riche en perspectives si l’on accepte de la cultiver.

     Le texte s’articule autour des thèmes suivants : le cerveau, la conscience, la connaissance de soi, l’attention, la spiritualité, la société, et la vie au quotidien. Cette ligne directrice a pour but de faire découvrir simplement : la structure du cerveau qui modélise la conscience ; les bases de la connaissance de soi par le biais de l’attention ; l’incidence de la conscience globale sur l’état de la société ; le vécu au quotidien ; et comment il devient possible, par une transformation personnelle contenue en germe dans l’attention, de vivre et d’agir naturellement, libéré des pesanteurs du conformisme et de la pensée réductrice : celle qui maintient les consciences et les personnes dans des schémas sociaux préétablis, répondant avant tout aux exigences d’une société dénaturée, puissamment ancrée dans la matérialité et le profit, éloignée des aspirations naturelles de l’être humain.

     Un dernier mot sur la forme donnée à l’ouvrage : le dialogue. Cela fait écho à une implication profonde de livrer ce texte avec simplicité, et surtout de le transmettre comme il pourrait l’être idéalement, dans un échange bienveillant entre deux personnes animées du respect de l’autre, exprimant une volonté de progresser en compréhension, sensibilité et humanisme.



_______



Commentaires sur la "survenue" de ce texte

     C'est enfin terminé ! Non que cela devenait insupportable, mais il est bien que ce texte : "Vie, conscience et partage" soit entièrement rédigé.


     La genèse de ce texte est intéressante, et il semble utile de la rappeler ici, voire de le répéter, dans ce blog consacré au changement de niveau de conscience.

     A l’origine, il y a ces carnets destinés à recueillir les pensées qui se présentent et se rapportent au sujet du texte. Elles se manifestèrent spontanément : le plus souvent au cours de promenades, d’abord au Bois de Vincennes (situé au sud-est de Paris), puis en tous lieux, ensuite en toutes circonstances, mais jamais en compagnie d'autres personnes.

     Comme il est précisé dans la présentation du texte, les idées qui se manifestaient au mental avaient la consistance et la cohérence du thème concerné, ce n’était pas un patchwork qu’il fallait reconnaître et assembler, l’écriture en était immédiate. Si l’on écartait cette apparition subite dans le champ de la conscience, on aurait pu y voir sans aucun doute possible l’expression d’une construction élaborée, née d’un travail de réflexion sur le thème qui se présentait alors. Enfin, les pensées qui véhiculaient les phrases étaient semblables à toutes autres du même type, ce n’était en aucun cas le produit d’une « voix intérieure », et encore moins un processus d’écriture automatique ou médiumnique.


      Maintenant que le décor est posé - « l’apparition » du texte » -, on peut légitimement se poser la question : qui en fut l’architecte ?

     En l’absence de certitudes - difficile d’avancer de tels éléments en matière de conscience et de psychologie -, il sera simplement fait mention ici d’une déduction émanant d’un questionnement initial.

     Cette interrogation préalable se rapporte à la nature de la conscience, et plus généralement à la connaissance de soi. Cette dernière est abordée par l’attention naturelle de ce qui est perçu. A partir de cette manière d’être, les observations suivantes ont été faites : raréfaction des pensées, retrait de la conscience émotionnelle - l’une des plus puissantes -, réflexion facilitée, apparition de l’intuition qui, progressivement, voit son champ s’élargir sur la base du questionnement initial : la connaissance de soi.

     La déduction évoquée s’inscrit dès lors dans le raisonnement suivant : l’attention, en réduisant considérablement les pensées parasites - celles qui ne sont pas désirées...ou qui le sont trop lorsqu’elles émanent de la conscience émotionnelle ! -, « débroussaille » le mental, ouvrant ainsi la voie à l’intuition qui s’exprimera aisément sur la réflexion de fond, menée depuis de nombreuses années.

     Pourquoi l’intuition, et non pas le travail intellectuel de la réflexion ?

     De fait, celui-ci n’a pas été sollicité, et n’est intervenu qu'au terme du processus, dans l'élaboration du plan, le choix des textes retenus, et l'écriture finale. L’intuition, fortement négligée, pour ne pas dire méprisée dans la société qui est la notre, semble ici dans son domaine de prédilection ; en effet, la connaissance de soi se dévoile peu à peu par l’attention, et se confie par l’intuition. En outre, rien n’empêche, et c’est même fortement conseillé, de passer au crible de la raison et de la réflexion les informations intuitives, cela permettra également d’en apprécier la pertinence.

          Avant d'aborder le phénomène "de la cause et des effets", une remarque concernant les conséquences de l’attention sur la « machine à produire les pensées ». On peut désigner ainsi ce logiciel qui, sans efforts apparents et sans stimulation particulière, génère ce que l’on appellera les « pensées parasites ».

     Le fait d’être attentif procède certes d’un acte volontaire, mais, contrairement à la concentration, ne demande pas d’efforts, et pourrait se résumer à une "présence renforcée naturellement" par l'observation spontanée de notre environnement. En soi, c’est déjà une excellente chose, mais de plus, cerise sur le gâteau pourrait-on dire, cela éloigne les pensées parasites (Pour plus de détails et d’explications sur le sujet, voir "Vie, conscience et partage", chapitre 3.3.1).

     Lorsque l’on vit cela de façon régulière, que l’on éprouve ce changement de niveau de conscience, on se rend compte à contrario que les pensées parasites, produites soi-disant sans effort, « pèsent » lourd en fin de journée !


     Donc, la question "de la cause et des effets" peut se poser ainsi : des personnes qui suivrait scrupuleusement cette démarche - par exemple des lectrices ou des lecteurs de ce blog ! - obtiendraient-ils les mêmes résultats, en l'occurrence, une furieuse envie de noter sur des carnets (ou des tablettes numériques !) leurs pensées intuitives ?
     Il est facile de répondre en prenant comme exemple un groupe de personnes s'engageant dans un programme de musculation basé sur une progression identique (types et nombre de mouvements, régime alimentaire). Si tous les participants augmenteront leur masse musculaire, des différences de formes et de volumes se manifesteront, liées à la morphologie et à la génétique des personnes qui suivent ce programme.
     Aussi, lorsque cela concerne la conscience humaine et sa complexité, inutile d'aller plus loin pour rechercher et classer des similitudes, cela dépend trop du vécu personnel de chacun.
     La seule certitude, et non des moindres ! c'est le changement de niveau de conscience que ne manquera pas de provoquer cette nouvelle manière d'être, puisée à la source de l'attention et de l'intuition.
      




http://pgvcp.blogspot.fr/2013/08/vie-conscience-et-partage-introduction.html

dimanche 25 août 2013

Chapitre 1 : La rencontre





Texte lu








Description : les deux protagonistes du récit (Patrick et Claude) se rencontrent.  La thématique principale du dialogue débutera sur deux réflexions de Claude: 


"C’est merveilleux de se réveiller, après une nuit de sommeil, conservant sa personnalité et sa mémoire intactes !...Serait-il possible d’être à nouveau libre de tous ressentiments, d’oublier les anciennes querelles, de repartir sur des bases saines ?"








- tulu tulu...tulu tulu... tulu tulu... tulu tulu...

- Patrick (saisissant l’interphone) : oui ?

- Claude : c’est Claude. !

- Patrick (enclenchant l’ouverture de la porte de l’immeuble) : d’accord !

- ..........

- Dring...Dring...

- Patrick : (ouvrant la porte de l’appartement) : bonjour. Quel bon vent t’amène ?

- C : bonjour. Celui de la réflexion !

- P : c’est prometteur !

- C : si tu le dis !

- P : alors ?

- C : tu vas pas me croire...

- P : ...je te laisse continuer avant de me prononcer !

- C : figure-toi que ce matin, au réveil, j’étais vraiment bien, et je suis resté quelques temps au lit, faisant cette réflexion...

- P : ça commence fort, effectivement, car bon nombre de personnes se réveillent le matin avec d’emblée des pensées parasites ! Mais, excuse-moi...et cette réflexion ?

- C : voilà ! Plus exactement, deux réflexions en une : c’est merveilleux de se réveiller, après une nuit de sommeil, conservant sa personnalité et sa mémoire intactes !...Mais hélas, cette mémoire retient également les rancoeurs et les conflits que nous avons pu développer avec d’autres personnes ! Et comme je me sentais vraiment bien...

- P : ...tu voulais être bien avec tout le monde !

- C : en quelque sorte...mais je me demandais surtout s’il serait possible, après une bonne nuit de sommeil comme celle-ci, d’être à nouveau libre de tous ressentiments, d’oublier les anciennes querelles, de repartir sur des bases saines ?

- P : pas seulement après une bonne nuit de sommeil...Quant à la persistance de la mémoire, ce miracle est un pur produit de l’évolution !

- C : vois-tu, par la suite, j’ai constaté que cette réflexion matinale n’était pas qu’une simple observation, et j’aimerais beaucoup approfondir le sujet. Alors, j’ai pensé tout de suite à toi qui t’intéresses depuis longtemps à la psychologie, au sens de l’existence...Serais-tu d’accord pour aborder ce thème sur le fond ?

- P (à la fois songeur  et intéressé) : justement, ça fait partie des sujets que j’aimerais bien explorer, et cela serait vraiment un plaisir de le partager avec toi !

- C : ah...! Parfait !

- P : je te demande juste un peu de patience. Comme cela mérite du soin et de l’assiduité, je te propose que l’on se retrouve régulièrement pour engager ce dialogue. En attendant, allons écouter de la musique...

- C : volontiers. Que me proposes-tu ?

- P : la Symphonie Pastorale ! (1)

- C : ah ! Le Dieu Beethoven !

- P : je ne pense pas qu’il accepterait ce qualificatif !...en tous cas, une œuvre bienvenue pour prolonger ton sentiment de ce matin !

- C : mieux, çà serait insoutenable !

- ..........

- C : magnifique !...on ne s’en lasse pas !

- P : c’est le privilège de la musique, de pouvoir écouter des œuvres, encore et encore, non seulement sans se lasser, mais en éprouvant un plaisir identique à chaque fois...

- C : ...si ce n’est plus !

- P : si ce n’est plus, en effet !

- C : on convient d’un lieu, d’un jour et d’une heure pour se retrouver et débuter notre réflexion sur le thème évoqué ?

- P : bien-sûr ! Que penses-tu de chaque dimanche matin à 9 heures...chez moi ?

- C : ça me convient. En plus, ça donnera un battement d’une semaine entre les discussions, un délai bienvenu pour la réflexion.

- P : et peut-être la pratique !...

- C : j’ai hâte d’être à dimanche prochain !

- P : il faudra quand même patienter jusque-là ! En attendant, au plaisir de se revoir dimanche !

- C : le plaisir sera partagé...A dimanche !



 (1) Beethoven : La Symphonie Pastorale : 


http://www.youtube.com/watch?v=H0_yQQN54Gg

samedi 24 août 2013

Chapitre 2 : Le cerveau et la conscience - Chapitre 2.1. Le cerveau




Texte lu




            

Description : les bases de l'évolution du cerveau.



- P : es-tu prêt à commencer cette discussion ?

- C : comme tu le sais, j’attendais cela avec impatience !

- P : c’est ce que j’appréhendais un peu...

- C : ???... (Reste un peu interloqué)

- P : l’impatience n’est peut-être pas la meilleure posture pour aborder les sujets que nous allons évoquer ! Aussi, je te propose de prendre un moment avant cette conversation, moment que nous allons passer à écouter de la musique.

- C : d’accord.

- P : je te suggère le 3ème concerto brandebourgeois de Jean Sébastien Bach. (1)

- C : ah, oui !...je connais juste le premier mouvement...

- P : une occasion d’entendre les deux autres...enfin surtout le troisième, car le deuxième mouvement n’est qu’une courte phrase musicale de transition.

- ..........

- P : alors ?

- C : ça devrait être remboursé par la sécurité sociale !

- P : quelle énergie, en effet ! Nous voici fin prêt pour démarrer !

- C : je suis entrain ! Par quoi allons-nous commencer ?

- P : si tu rappelais un peu la perception que tu avais eue le matin au réveil, et qui est à l’origine de cette discussion ?

- C : d’abord ces deux instants magiques : celui où l’on prend conscience que nous sommes toujours cette personne que l’on a quittée la veille en s’abandonnant au sommeil, et celui, bref mais puissant, qui nous laisse entrevoir que tout peut être neuf ! Puis la mémoire refait surface, et cette sensation de nouveauté, de fraîcheur, laisse place à « la réalité » qui agit comme un poids, nous rappelant toute la difficulté à changer, à s’extirper de nos habitudes, de nos comportements quotidiens...

- P : ...d’autant que cette histoire personnelle s’inscrit en partie dans la mémoire des personnes que nous côtoyons régulièrement. Que se passe-t-il si nous décidions de changer, et ces personnes, non ?...

- C : c’est vrai que le relationnel implique l’interdépendance : un premier accroc dans cette aspiration matinale !...Je ne vois pas...Mais si l’on revenait là où tout se joue, à ce point de basculement entre le neuf et l’ancien, entre les possibilités considérables et le retour à la routine, souvent perçue comme douillette, en tous cas, préférable au changement...

- P : d’accord. C’est donc à partir de ce point, bref et fragile, que nous allons tenter de voir ensemble, pas à pas, mais avec conviction, comment serait-il possible de maintenir, prolonger, et qui sait donner de l’expansion à cet état particulier pour découvrir et comprendre ce qu’il contient, et quelle transformation peut-il nous apporter !

- C : j’ai l’impression d’avoir tiré le fil d’une pelote...

- P : ...et quelle pelote ! Celle de la connaissance de soi !...

- C : houlà ! Allons-y doucement...

- P : oui, prudemment et tranquillement...Il importe donc de remonter à la source. Cette réflexion qui t’est venue l’autre matin, d’où pouvait-elle provenir ?

- C : d’un « coin » de ma conscience.

- P : et cette conscience, qu’est-ce qui l’anime ?

- C : le cerveau.

- P : ça me semble être une base solide pour démarrer nos investigations, voyons ce qu’il en est.

- C : nous ne sommes pas spécialistes en neurosciences !

- P : les propos, et surtout les connaissances que nous allons aborder ici, ne relèvent pas de spécialistes patentés, et peuvent être acquises avec de la patience, de l’intérêt et du bon sens.

- C : c’est vrai. J’oubliais que nous sommes au siècle d’Internet !

- P : on commence même le deuxième !

- C : alors, ne nous en privons pas !

- P : donc, nous allons voir comment le cerveau, sa capacité, et surtout son évolution, ont pu modeler la conscience qui est la notre...

- C : ...et avec laquelle nous réfléchissons sur sa propre nature !

- P : c’est en fait une définition essentielle de l’être humain : « il est conscient d’être conscient », en quelque sorte. Mais revenons au début. Le cerveau a connu, jusqu’à présent, trois grandes évolutions bien distinctes, et qui correspondent à des étapes essentielles de l’évolution du vivant, à savoir : le cerveau reptilien (système cérébral des poissons, amphibiens, reptiles et oiseaux), datant de 400 millions d’années, régulant les fonctions vitales de l’organisme (respiration, rythme cardiaque, tension artérielle), et assurant les besoins élémentaires (alimentation, sommeil, reproduction...) ; le cerveau mammalien, apparu avec les premiers mammifères il y a 65 millions d’années, apporte deux éléments fondamentaux dans l’évolution : les émotions et la capacité d’apprendre de ses erreurs. C’est ce qui distinguera les mammifères des autres espèces du vivant ; enfin le néocortex, « dernier né de la trilogie » il y a environ 3,5 millions d’années, c’est le siège notamment du langage, de l’intelligence et de l’abstraction.

- C : cette théorie des « trois cerveaux » est semble-t-il abandonnée...

- P : ce qu’il importe de retenir c’est que les trois parties décrites, qui conservent leurs attributions, ne sont pas indépendantes, l’ensemble fonctionne en interaction constante. Nous n’irons pas plus loin ici...

- C : ...d’ailleurs, le pourrions-nous ?

- P : en effet. Ceci va surtout nous permettre de passer à la conscience, l’objet principal de notre discussion.

- C : la conscience n’est-elle pas une émanation du néocortex ?

- P : oui, mais il faut compter également avec l’influence des autres parties du cerveau.

- C : ...on pourrait faire une pause en écoutant un peu de musique ?

- P : on continue avec Bach ?

- C : ça me semble logique.

- P : trois œuvres pour orgues : la toccata et fugue BWV 565... (2)

- C : la célèbre !

- P : oui !...Suivie par la Pastorale BWV 590 (3), et la toccata et fugue « Dorienne » BWV 538. (4)

- ..........

- C : ça lave le cerveau !

- P : on peut repartir « à la fraîche » alors ?

- C : tout à fait !



Bach :

(1) Concerto brandebourgeois n° 3 : 
http://www.youtube.com/watch?v=O2UxhtYWk44

(2) Toccata et fugue BWV 565 :
http://www.youtube.com/watch?v=ihbdKzbT4RQ

(3) Pastorale BWV 590 :
http://www.youtube.com/watch?v=YFxOhd2m0IY

(4) Toccata et fugue "Dorienne" BWV 538
http://www.youtube.com/watch?v=8jcRkNHItKg 




































































































































































































vendredi 23 août 2013

Chapitre 2.2. La conscience




Texte lu






Description : l'influence du cerveau sur la conscience, et notamment la conscience émotionnelle.



- P : Bien. Voyons maintenant cette conscience. Si, comme on l’a dit, elle procède bien du néocortex (dernière évolution du cerveau), sa manifestation  peut recourir à des expressions différentes puisant leurs sources dans les parties du cerveau que nous avons identifiées. On pourrait donc discerner plusieurs formes de conscience, assimilables aux fonctions du cerveau correspondantes.

- C : en clair...

- P : on aurait donc :

§         la conscience instinctive, reliée au cerveau reptilien ;

§         la conscience émotionnelle, dépendante du cerveau mammalien ;

§         les consciences : intellectuelle, morale et intuitive, relevant du néocortex.

- C : alors, la conscience globale exprimera l’interaction de l’ensemble des réactions cérébrales impliquées dans une situation donnée ?

- P : en toute logique. Maintenant que nous avons bien ce schéma en tête, il me paraît important de s’attarder tout particulièrement sur l’une des formes de la conscience qui semble dominer le caractère humain : la conscience émotionnelle.

- C : qui semble ! C’est un euphémisme !

- P : on a convenu d’y aller doucement, pas à pas...

- C : oui, je confirme.

- P : comme nous sommes d’accord, observons de plus près cette conscience particulière pour mieux la comprendre.

- C : et donc pour mieux nous comprendre, de par son emprise sur l’esprit humain ?

- P : oui, et cela semble une voie intéressante, un chemin à privilégier pour essayer de se connaître.

- C : même si, à priori, on aborde la question à contrario ?

- P : peu importe. Ce qu’il est essentiel de retenir ici, c’est la prépondérance de cette conscience dans le comportement humain, et si la connaissance de soi est « ailleurs », on ne peut faire l’impasse sur les émotions, même et surtout si elles sont un obstacle à notre étude.

- C : il faut bien connaître son ennemi pour tenter de le transformer en ami ?

- P : ennemi, ami, c’est purement affectif et subjectif ! Connaître le plus objectivement possible, pour comprendre.

- C : alors, avançons !...

- P : nous avons vu que la conscience émotionnelle apparaît avec le cerveau mammalien, qu’elle est donc bien antérieure à l’intelligence, au raisonnement. Sa fonction originelle était de créer un lien privilégié, un attachement puissant, entre la femelle et sa progéniture. Cette affection s’exprime naturellement, spontanément, sans qu’il soit nécessaire d’acquérir des connaissances.

- C : contrairement à l’apprentissage, indispensable à l’acquisition de l’ensemble des autres connaissances, et qui est l’apanage de l’intellect.

- P : voilà ! Les premiers sentiments du bébé s’expriment par le biais de la conscience émotionnelle. Le sentiment précède de loin la connaissance,  car cette fonction d’attachement va permettre l’éducation et le développement futur du nourrisson. Ainsi, si l’on schématisait « l’arbre des choix émotionnels », les deux premières branches, les plus robustes, porteraient, l’une la joie, l’autre la tristesse...

- C : ...les émotions racines ! Puis, au fil du temps, l’expérience et les connaissances acquises enrichissent et diversifient cette palette, faisant évoluer ces deux tons primaires comme autant de couleurs chatoyantes portées par les ramifications innombrables des branches souches !

- P : monsieur est poète !

- C : l’arbre, la nature, ça m’inspire !...

- P : je souscris, sauf pour le qualificatif « chatoyant », car je doute qu’il s’accorde à l’ensemble des émotions...notamment lorsque la conscience émotionnelle est en surchauffe, mais on en reparlera par la suite...

- C : voyons dès à présent...Que peut-on dire de plus sur cette conscience, quels secrets nous cache-t-elle encore ?

- P : une chose est certaine, la conscience émotionnelle ne cultive pas le goût du secret, elle se montre au grand jour, et sans pudeur !

- C : une chance pour nous qui essayons de la comprendre.

- P : une chance, effectivement ! Sans que cela ne gêne notre compréhension du sujet dans l’immédiat, je réserve certains aspects de la conscience émotionnelle, notamment ses influences et sa démesure par rapport à l’intellect, lorsque nous aborderons les thèmes de la société et de la vie quotidienne. S’agissant des émotions, on va d’abord passer du général au particulier en montrant le jeu inégal entre conscience individuelle et collective. Pour paraphraser Pascal, philosophe et scientifique français du dix-septième siècle, qui définissait l’infini comme : « Un cercle dont le centre est partout et la circonférence nulle part », on pourrait décrire la foule comme une « personne » dont l’émotion est partout...et l’intelligence nulle part !

- C : il est vrai que ce n’est pas facile de penser clairement au milieu d’une foule...et encore moins de porter la contradiction raisonnée !

- P : Si l’on parvenait à conserver intactes ses capacités intellectuelles dans ces conditions,  ça serait même dangereux ! Voilà pour le général. Lorsque l’on s’intéresse maintenant au fonctionnement normal et quotidien de la conscience, on remarque aisément que sa nature émotionnelle peut l’emporter facilement lorsqu’elle se trouve confrontée à sa fonction intellectuelle.

- C : il suffit de s’observer et prendre des notes ! Il convient également de considérer l’influence externe, le milieu dans lequel elle baigne pour forger cette conviction, mais je pense que tu développeras ce point, comme tu l’as dit, lorsque nous aborderons les thèmes sociétaux ?

- P : tout à fait. Pour terminer, il faut absolument évoquer un aspect fondamental de la conscience émotionnelle : c’est sa dualité, et les conséquences induites.

- C : la dualité, c’est le fait de contenir des éléments opposés ?

- P : oui, et l’on peut dire que la conscience émotionnelle est par nature dualiste, c’est-à-dire qu’elle contient en elle, indistinctement, toutes les émotions dérivées du couple de base - joie / tristesse -, et peut puiser en un rien de temps, sans transition, d’un champ à l’autre.

- C : c’est-à-dire d’une émotion à son contraire, comme passer du rire aux larmes !

- P : exactement.

- C : et le problème fondamental dans tout cela ?

- P : c’est qu’en stimulant l’un des deux types quelconques d’émotions - de préférence celles qui déclinent la notion de joie -...

- C : ...dans la famille « joie » je voudrais...

- P : voilà, comme pour le « jeu des 7 familles » !

- C : ...on stimule cette conscience toute entière, et l’on risque d’en subir ultérieurement les conséquences à l’occasion d’un problème émotionnel quelconque. Mais dis-donc, tu nous entraînes doucement, mais sûrement, dans un mode de vie peut-être dépourvu d’émotions désagréables...mais aseptisé ?

- P : patience, patience, je ne propose pas de marcher à cloche-pied - déjà que sur deux jambes c’est pas toujours évident ! Nous verrons par la suite comment il est possible d’être, et donc d’agir différemment. Cet avertissement sur la conscience émotionnelle devait être mentionné pour bien comprendre son fonctionnement, pour mieux la cerner afin de mieux la contourner. De montrer qu’elle n’est pas exclusive...

- C : ...que schématiquement on pourrait se référer à l’image du « yin et du yang » pour la représenter. Un cercle divisé en deux parties égales par une ligne en forme de « S » inversé, impliquant que chaque figure, dans sa portion enflée, côtoie la partie la plus mince de son double.

- P : c’est une bonne comparaison, d’autant que le principe du yin et du yang insiste justement sur la dualité du monde, de la vie et des expériences que nous sommes amenés à connaître ! Nous tenterons d’aller au-delà de cela dans notre prochaine conversation en abordant la connaissance de soi...

- C : vaste programme, comme dirait l’autre !

- P : qui ne se fera pas en une fois !

- C : c’est peut-être le moment d’écouter de la musique, alors ?

- P : un dernier clin d’œil à Bach avant d’accueillir un autre compositeur. Je te propose la première partie de L'Oratorio de Noël BWV 248. (1)

- C : c’est pas la période, mais on fera comme si...

- P : pour Bach, on peut faire l’effort !




(1) Bach : L'oratorio de Noël

http://www.youtube.com/watch?v=VVeluHdzcBY